Now Playing Tracks

{Nathan ; Saint-Nazaire ; Espadon}

On enfile son bachi et l’on descend à quelques mètres de profondeur à bord du fameux sous-marin portant le nom du poisson pélagique des mers tropicales, je parle bien sûr de l’Espadon!

Parti du Havre, ce sous-marin français pouvant accueillir un équipage de 65 hommes aura touché les banquises du Pôle Nord avant de se payer une retraite bien méritée dans l’enceinte de la base sous-marine nazairienne.

{ Lily ; Paris ; Brèves parisiennes }
Paris ne prend pas de rides. 
Lors de nos flâneries dans la Ville de l’Amour, du Romantisme et des pigeons, Robyn et moi-même avons pu apprécier quelques uns de ces quartiers phares, tel que Montmartre, le Quartier Latin, ou encore le Marais.
Zoom Info
{ Lily ; Paris ; Brèves parisiennes }
Paris ne prend pas de rides. 
Lors de nos flâneries dans la Ville de l’Amour, du Romantisme et des pigeons, Robyn et moi-même avons pu apprécier quelques uns de ces quartiers phares, tel que Montmartre, le Quartier Latin, ou encore le Marais.
Zoom Info
{ Lily ; Paris ; Brèves parisiennes }
Paris ne prend pas de rides. 
Lors de nos flâneries dans la Ville de l’Amour, du Romantisme et des pigeons, Robyn et moi-même avons pu apprécier quelques uns de ces quartiers phares, tel que Montmartre, le Quartier Latin, ou encore le Marais.
Zoom Info
{ Lily ; Paris ; Brèves parisiennes }
Paris ne prend pas de rides. 
Lors de nos flâneries dans la Ville de l’Amour, du Romantisme et des pigeons, Robyn et moi-même avons pu apprécier quelques uns de ces quartiers phares, tel que Montmartre, le Quartier Latin, ou encore le Marais.
Zoom Info
{ Lily ; Paris ; Brèves parisiennes }
Paris ne prend pas de rides. 
Lors de nos flâneries dans la Ville de l’Amour, du Romantisme et des pigeons, Robyn et moi-même avons pu apprécier quelques uns de ces quartiers phares, tel que Montmartre, le Quartier Latin, ou encore le Marais.
Zoom Info

{ Lily ; Paris ; Brèves parisiennes }

Paris ne prend pas de rides. 

Lors de nos flâneries dans la Ville de l’Amour, du Romantisme et des pigeons, Robyn et moi-même avons pu apprécier quelques uns de ces quartiers phares, tel que Montmartre, le Quartier Latin, ou encore le Marais.

{Henri IV alias Nathan ; Saint-Nazaire ; Distance}

Oyez Oyez gentes damoiselles et damoiseaux.

A l’ordre du jour, tout droit venu du Royaume de Danemark, l’artiste Jeppe Hein nous offre un spectacle de boules endiablées installé dans le gargantuesque antre arborant le mot “VIE” en anglais.

Un régal pour les mirettes et du divertissement comme s’il en pleuvait!

{Coblogateur Steven ; Konstanz ;  Bodensee}

Bien décidés à profiter de nos derniers jours dans le Bade-Wurtemberg, Nathan et moi avons continué notre route depuis Europapark vers une région encore inexplorée du sud de l’Allemagne.Direction donc le lac de Bodan, que nous autres Français appelons, à tort peut-être, le lac de Constance.

Nous voilà donc arrivés au bord dudit lac pour y passer la nuit, l’occasion de solliciter la 306 Curé à nouveau, cette fois-ci en tant qu’auberge de fortune. Le dimanche quant à lui a laissé place à l’improvisation, nous menant d’abord dans un centre commercial pour y emprunter les tables d’un restaurant fermé et prendre un bon petit-déjeuner. Un léger détour par la Suisse et nous voilà revenus à Constance pour terminer l’après-midi dans les Thermes de la ville, qui grâce à une astucieuse passerelle nous auront quand même permis de nous baigner dans le Bodan. Pour le surf en revanche, Nathan devra attendre encore un peu…

Crédit photographique : Nathan.

{Coblogateur Tonin ; Nantes ;  Un sapré bon aprèm’}

Après une rude partie de raquettes de plage endiablée, nous avons rejoint la deuxième ville la plus verte de France.

Gueudés par un petit pain troué et une Kasteel dans le gosier, nous avons arpenté les rues nantaises du haut de nos Bicloo orangés, voire gazonnés pour les plus fortunés.

Couvre-chef -ou squettsqua pour les plus funs- vicé sur le scalpe, nous nous sommes laissés guider par les ondes envoûtantes du Voyage à Nantes.

Prochain envoûtement dans la ville de la Currywurst avant de manger des okonomiyakis locaux.


Crédit photographique : Tonin et Nathan.

To Tumblr, Love Pixel Union
p { text-align: justify; }